La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A serbian film (Srpski film)

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: A serbian film (Srpski film)   Mer 18 Aoû 2010 - 23:09


Fiche du film :
Réalisateur : Srdjan Spasojevic
Scénaristes : Srdjan Spasojevic et Aleksandar Radivojevic
Année : 2010
Genre : Horreur / Drame
Acteurs principaux : Srdjan Todorovic, Sergej Trifunovic, Jelena Gavrilovic
Résumé : Un ancien acteur porno se voit offrir un rôle dans un film dont il ne sait rien mais qui lui rapportera assez pour ne plus jamais s'inquiéter des problèmes financiers. C'est à contrecoeur qu'il accepte pour sa famille, sans savoir dans quel cauchemar il s'embarque.

Mon avis :
Voilà le film choc dont on parle tant, déjà cité avec précipitation comme le plus dégoûtant de tous. Des gens ont vomi, se sont évanoui, se sont cassé le nez en tombant, ... je me suis dit qu'il me fallait voir ça.
Il s'agit d'un film serbe, vous l'aurez deviné, qui évoque le snuff mêlant violence et sexe.
C'est un pays dont les habitants ont déjà mauvaise réputation, et plutôt que de donner une meilleure image au reste du monde, on nous présente une "famille serbe" normale dans un "film serbe", un titre qui enfonce le clou en donnant un air de banalité au produit qu'il désigne, comme s'il ne s'agissait que d'un parmi d'autres.
Un scénariste s'est associé à une critique de films d'horreur et ils ont été financés par le gouvernement pour rende la pellicule aussi dégueulasse que possible, sous prétexte que ce film fait comprendre l'histoire de ce pays et qu'il cache une métaphore protestant contre les gouvernements, comme celui Serbe, et ce qu'ils peuvent faire pour manipuler les gens.

Je vous avouerais que la critique qui est soit-disant dans le film je m'en fichais, et que je ne la vois toujours pas, car je pense bien qu'il n'y a rien à voir si ce n'est une tentative de faire le plus crade possible.
Ca va évidemment crescendo et sans prendre de gants, puisque ça commence par du porno vu par un enfant, pour continuer à avancer dans la dépravation.
Le sexe est partout, dans les costumes, les dialogues, le snuff évidemment, et même les discussions entre père et fils. Je me demande même s'il y a au moins une scène qui ne soit pas liée au sexe.
Enfin bref, notre acteur est embauché par un réalisateur qui joue la carte mystère, c'est assez classique : le personnage ne sait pas où ça va le mener et il accepte, même si le spectateur a une vague idée de ce qu'il va se passer.

Seuls les dialogues restent au même niveau durant tout le film, puisque le réalisateur nous sort tout le temps quelques anecdotes sexuelles et en arrive à parler du sperme de bouc, je me suis bien souvent écrié "Quoi ?!" rien qu'à entendre ses bêtises. Au début on peut décider d'en rire, mais quand les sévices vont de plus en plus loin, les dialogues prennent un autre sens.
Ca débute par du snuff traditionnel et à peu près tout est exploité, et quand on a tout utilisé on innove, avec de la pédophilie poussée jusqu'à un point où il est techniquement impossible d'aller plus loin.
Evidemment, l'acteur Milos en vient à vouloir quitter la production, mais heureusement on trouve la solution : le droguer, et c'est reparti pour un tour jusqu'à ce que le film soit fini !

Je crois que c'est là qu'il faut être choqué, mais pour ceux qui ont déjà vu du porno et du film gore, il n'y a rien de véritablement choquant. L'histoire est quasiment inexistante, ou alors je ne l'ai pas perçue au milieu de ce tas d'obscenité, mais en tout cas ça n'a l'air que d'un succession de scénettes trash, et je me suis carrément ennuyé car il n'y a aucune signification à ces scènes, qui n'ont aucune importance pour le spectateur puisqu'elles ne sont pas justifiées. C'était du trash pour du trash, et ça casse pas des briques non plus, j'ai pu manger et boire tranquilement sans craindre de souiller mon clavier avec mon vomi. Il ne doit y avoir qu'une seule séquence qui sort de l'ordinaire, et c'est parce que c'est à peu près anatomiquement impossible à faire. Mais ça n'empêche que ça restait inutile et surtout pas choquant, puisqu'on n'y croit pas, parce que c'est impossible et parce qu'il n'y a rien qui puisse me toucher sans une histoire valable. Et le pire c'est que ça devient prévisible quand ils veulent en arriver à un point culminant.

Bravo tout de même pour l'essai, mais je n'ai pas vu en A serbian film quoique ce soit de réellement choquant, ni un quelconque message.
Pour moi c'était tout simplement un mélange de ce que l'on peut voir fréquemment dans les deux genres de films auxquels A serbian film touche, peut être que c'est ça qui a choqué, peut être que je suis blasé.
Et pour ce qui est de pousser les limites, c'était trop peu crédible pour dégoûter.
Je vois pas non plus en quoi ça pourrait aider la Serbie, car si voir ce film c'est comprendre le pays, leurs revenus touristiques risquent d'en prendre un coup.

Bande-annonce VOST :