La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cabinet du docteur Caligari

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Le cabinet du docteur Caligari   Lun 19 Jan 2015 - 0:29


Fiche du film :
Réalisateur : Robert Wiene
Scénaristes : Carl Mayer, Hans Janowitz
Année : 1920
Genre : Horreur / Drame
Acteurs principaux : Werner Krauss, Conrad Veidt, Lil Dagover

Mon avis :
Le cabinet du docteur Caligari est un classique du cinéma expressionniste que je devais voir depuis longtemps. J'ai jamais été très motivé, mais j'ai récemment parlé à quelqu'un qui aime beaucoup le film et le genre auquel il appartient, donc ça m'a poussé à me le procurer.
Je l'ai vu en version restaurée, avec une nouvelle composition musicale, de John Zorn. J'avais un peu d'appréhension car de la musique dépend beaucoup l'appréciation d'un film muet.
Le rythme du film est très lent, s'attardant sur des moments tout simples, et la musique s'y conforme, elle est traînante, et très étrange et inquiétante. Le mélange entre la musique et les images crée un mélange pas trop mal.
Par contre à force, on constate que la musique change peu, on retrouve toujours les mêmes sons atonaux, et ça manque rudement de coordination entre la musique et ce qui se passe à l'écran. Il y a même quelques longs moments de quasi-silence, alors même qu'il se passe quelque chose à l'image.
Toujours par rapport à cette version que j’ai vu, la qualité d’image est incroyable pour un film de 1920, mais il n’a certainement pas été pensé pour être vu avec tant de détails, du coup sur les gros plans du visage d’un des personnages, Cesare, on voit la tonne de maquillage qu’il a sur la tronche…

L’histoire est assez étrange, un homme discutant avec un autre raconte ce qui lui est arrivé dans sa ville natale : à une fête foraine, il est allé voir le spectacle du Dr Caligari, durant lequel un somnambule a annoncé la mort de son ami. Ce dernier a été assassiné la nuit suivante, par ce même somnambule, qui s’occupe de la sorte de chaque personne lui demandant leur avenir.
C’est cette étrangeté qui fait que l’histoire est, d’une certaine façon, originale, mais il ne se passe rien de vraiment extraordinaire, du moins c’est l’impression que l’on a en raison de la longueur de chaque acte par rapport au peu qui y est raconté à chaque fois.
Il y a beaucoup d’éléments absurdes aussi, en particulier le fait que Caligari place un mannequin dans le cercueil où dort Cesare le somnambule, pour ne pas éveiller les soupçons quand celui-ci part tuer. Ca n’a aucun sens, quand le cercueil est fermé, personne ne peut voir si Cesare est dedans, et quand il est ouvert, on voit qu’il n’y a qu’un mannequin dedans.
Le twist final du film m’a surpris par contre, j’ai l’impression en plus que ça devait être quelque chose de très peu commun pour le cinéma à l’époque, surtout qu’on brouille la frontière entre rêve et réalité.

Visuellement, ce qui fait la particularité du film, ce sont ses paysages et décors peints, sur des toiles, des murs factices, du sol pas très stable, … On ne cherche pas à nous cacher la facticité du décor, c’est même l’inverse : tout est exagérément de traviole, fucked up.
Je me dis que ça doit être génial de se balader au milieu de tout ça, ça doit donner des sensations bizarres.
Ca a un côté cheap pour le coup, on dirait qu’il suffirait de s’adosser contre un mur pour qu’il s’effondre, mais il y a quand même un travail dans ces décors que je trouve impressionnant.
Le passage où du texte entoure le personnage de Caligari, pareil, je pense au travail que ça a dû représenter à l’époque, et ça m’impressionne.
Bon, qui dit cinéma expressionniste dit acteurs qui surjouent. C’est la norme pour ce type de film, mais il y a quand même une scène où Caligari sur-surjoue, il se retient plus. C’est le genre de chose qui me dérange, même si je m’efforce d’être indulgent, en remettant les choses dans leur contexte.

Pour moi Le cabinet du docteur Caligari est une curiosité. Un cabinet de curiosité. C’était une bonne chose de le voir mais je ne m’imagine pas le revoir.


PS :
-Le personnage d’Alan ressemble vraiment à Matt Smith.
-Caligari a les même gants que Mickey.
-Bizarre, ce plan large où l’on voit sur une pancarte "Insane asylum", alors qu’ensuite dans le plan rapproché, c’est la même chose mais en allemand.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.1fr1.net
 
Le cabinet du docteur Caligari
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Miss Holmes vous donne RV au cabinet du Dr Caligari
» Un docteur coquin
» les vitrines du cabinet de curiosités
» [Murail, Marie-Aude] La fille du docteur Baudoin
» 11e docteur, oui, mais quel compagnon pour la nouvelle série?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films d'horreur divers-
Sauter vers: