La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Willard

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Willard   Ven 3 Avr 2015 - 0:18


Fiche du film :
Réalisateur et scénariste : Glen Morgan
Année : 2003
Genre : Drame / Horreur
Acteurs principaux : Crispin Glover, Laura Harring, R. Lee Ermey

Mon avis :
Willard n'est pas très connu mais c'est un film d'horreur récent qui semble avoir une assez bonne réputation. Et récemment, le documentaire sur la saga Vendredi 13 m'a redonné de l'intérêt pour Crispin Glover, me donnant envie de regarder un ou deux de ses films.

Willard est un jeune homme qui vit dans une grande et vieille bâtisse avec sa mère. Pour résumer les personnages et leurs rapports, il suffit de dire que c'est très évocateur de Psychose. Sauf que la mère n'est pas morte. Et elle est vraiment insupportable, à se mêler de n'importe quelle activité de son fils sans arrêt, ça c'est réussi, puisque ça sert le film.
La relation est encore plus paradoxale que celle entre Norman et Norma Bates, puisque d'une voix douce et faible, la mère de Willard lui dit qu'elle a été une mauvaise mère, qui a fait de sa vie un gâchis, tout en réclamant ses services ; elle qualifie même son prénom d' "awful", pensant que ça peut expliquer qu'il s'écrase tout le temps face aux autres.
Crispin Glover a bien la tête d'un psychopathe ; quand il fait ce demi-sourire assez sournois, on dirait un jeune Willem Dafoe. Je trouvais quand même ça un peu insistant, surtout que la caméra fait un lent travelling jusqu’à arriver en gros plan sur l’acteur quand il fait son sourire de détraqué, mais il y a d’autres scènes ensuite où ça en fait carrément trop.
Willard a un blocage quand il voit une femme assise à son bureau, il reste la gorge serrée pendant ce qui m’a semblé être une éternité. La timidité du personnage ultra-caricaturale m’a vite irrité, mais en fin de compte il n’est pas le seul touché, le film est plein de situations irréalistes, de personnages lourds.
Le patron est un tel enfoiré que ça en est grotesque. Et la nouvelle collègue de Willard, même si elle n’est pas caractérisée de façon extrême, n’est pas bien crédible ; une belle femme comme Laura Harring qui fait preuve d’empathie pour un type qui fait aussi pitié que Willard… et qui quitte son boulot sur un coup de tête, parce qu’il se fait virer. Il n’y a rien qui justifie cet attachement qu’elle a pour lui, étant donné qu’il n’y a aucune scène montrant des liens se tisser entre eux.

Le scénario manque terriblement de subtilité. Tout le début du film consiste en des tentatives de Willard pour se débarrasser de rats dans sa cave, puis quand son patron l’engueule, il conclut en le comparant plusieurs fois à un rat. Je crois qu’on veut nous faire passer un message !
Willard finit par se lier d’amitié avec un rat, alors qu’il voulait les éradiquer peu avant. Je trouve d’ailleurs la transition entre ces deux états pas très bien fichue.
On veut nous faire croire ensuite que le protagoniste éduque les rongeurs en leur donnant des ordres, alors qu’il ne s’agit que d’astuces assez simples de montage. Quand Willard ordonne aux rats dans son sac de rester tranquille et qu’ils se taisent tous subitement, eh bien… le son a uniquement été coupé en post-production. A part le grand nombre de rats présents sur le plateau, rien ne m’a impressionné.
Willard va se venger de son patron en poussant les rats à… crever ses pneus. Le lendemain, tout le monde est hilare, eux et le patron font tout un plat autour de cette histoire… C’est juste nul.
Willard quant à lui trépigne de plaisir de façon aussi peu discrète que possible.

En parallèle, le héros se convainc qu’un certain rat est doté d’une grande intelligence, bien que rien ne vienne prouver cela. Et ça rend jaloux un autre rat. C’est grotesque. Tout est grotesque en fait. Le film essaye de créer de la tension de façon vraiment ridicule.
J’ai pensé à arrêter le visionnage quand Willard pète les plombs quand on lui dit que sa maison appartient à la banque. J’ai tenu peut-être 15mn de plus, avant de me dire que ça ne servait à rien d’aller plus loin.
Mais il faut reconnaître que la mise en scène est assez particulière, et pas forcément en mal. Il y a des plans bizarres sans raison, comme tous ces plans en plongée, mais sinon le réalisateur arrive à créer une ambiance un peu étrange, difficilement descriptible, grâce à une façon de filmer froide et distante, aidée par une esthétique terne, et cette BO (qui encore une fois évoque fortement Psychose).

Mais à part le superbe générique de début qui mêle stop-motion et animations numériques, j’ai trouvé Willard très mauvais.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.1fr1.net
 
Willard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films d'horreur divers-
Sauter vers: