La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 The crazies (La nuit des fous vivants)

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: The crazies (La nuit des fous vivants)   Jeu 20 Oct 2016 - 22:19


Fiche du film :
Réalisateur : George Romero
Scénaristes : Paul McCollough, George Romero
Année : 1973
Genre : Horreur / Drame
Acteurs principaux : Lane Carroll, Will MacMillan, Harold Wayne Jones

Mon avis :
George Romero n’a pas réalisé tant de films que ça, et sur ses 16 longs-métrages, j’en ai déjà vu 11, pour une grande part des films de zombies évidemment. Il ne m’en manque pas tellement, et dans le lot il y en a encore considérés comme des petits classiques, donc j’ai décidé de me rattraper en voyant The crazies, même s’il ne me tentait pas plus que ça.
Je craignais d’une part que ça ait mal vieilli, et d’une autre que ça se rapproche trop de La nuit des morts-vivants.
Même si le traitement est différent, l’histoire y fait penser : il est encore question d’une épidémie, qui transforme non pas en zombies, mais rend fous les contaminés.

Romero développe une idée déjà un peu présente dans La nuit des morts-vivants, en voulant montrer l’incapacité des autorités à gérer une situation de crise. Cette fois, l’armée est même responsable de la propagation du virus dans une petite ville.
Ils cherchent à contenir le problème, mais sans tenir informée la population, et sans avoir les moyens nécessaires : manque d’effectifs, manque de sérums antibiotiques (à défaut d’avoir un antidote), …
J’ai trouvé que c’était une bonne idée de faire varier les symptômes du virus, certains divaguent simplement, tandis que d’autres sont pris de folie meurtrière ; on ne peut pas non plus savoir qui est contaminé ou non, car le temps d’incubation varie, mais dans tous les cas le virus mène à la folie ou à la mort.
Des infos que la plupart des personnages ignorent, et sans qu’on puisse être certain qu’ils soient atteints par le virus ou non, dans tous les cas la violence éclate aussi bien du côté de l’armée que des civils. Par peur, par réaction de défense, ou juste par goût du sang.

Le film m’a pourtant profondément ennuyé, et ce malgré le rythme très soutenu du montage. On suit la plupart du temps les démarches et discussions, d’un côté du gouvernement qui essaye de gérer la situation, et de l’autre de la population qui cherche à comprendre et à se sauver.
Les scénaristes se sont appliqués à représenter de façon terre-à-terre le déroulement des évènements, mais c’est laborieux, on doit subir des disputes et conversations qui se répètent sur l’absence de matériel ou de militaires, sur l’incertitude concernant ce qu’il faut annoncer au public, … Les personnages tournent en rond et leurs discussions aussi, c’est usant à force.
Les quelques scènes de vie sont inintéressantes, mais les personnages m’ont été antipathiques.
Il y a bien un groupe qui essaye de s’échapper de la ville, mais les séquences d’action ont une mise en scène très datée qui fait qu’elles ne sont pas bien trépidantes.

La contamination pouvait se faire par voie respiratoire, les militaires portent tous des combinaisons blanches et des masques à gaz, un bonne idée pour les déshumaniser… sans forcer le trait pour autant, puisque leurs comportements montrent qu’il y a quand même des gens sous ces uniformes.
Là où la représentation négative de l’armée devient absurde, c’est dans la façon dont les personnages exécutent tout le temps les ordres sans réfléchir. Ca en devient abusif et forcé, surtout quand ça mène plusieurs fois à passer à côté de l’antidote.
Le fait d’entendre une musique martiale lors de la moitié des apparitions de militaires m’a aussi gonflé.
Toujours en terme de mise en scène, la gestion de l’espace est très brouillonne, les regards des personnages font qu’on ne comprend pas comment ils se situent les uns par rapports aux autres, à défaut d’avoir un plan d’ensemble.

J’ai passé des scènes sur la fin, je m’ennuyais trop, et le film présentait encore les mêmes idées.
Je ne me souviens pas que La nuit des morts-vivants ait au autant de problèmes dans la forme.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.1fr1.net
 
The crazies (La nuit des fous vivants)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nuit des Morts-Vivants
» Trilogie des Morts Vivants : George Romero Edition Limitée
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films d'horreur divers-
Sauter vers: