La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 American Mary

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: American Mary   Jeu 29 Déc 2016 - 18:34


Fiche du film :
Réalisatrices et scénaristes : Jen et Sylvia Soska
Année : 2012
Genre : Horreur / Drame
Acteurs principaux : Katharine Isabelle, Antonio Cupo, Tristan Risk

Mon avis :
Dans les films d'horreur récents, American Mary a un peu fait parler de lui : second long-métrage réalisé par deux soeurs jumelles, ce qui est assez insolite pour être signalé, on y trouve également dans le rôle principal la belle Katharine Isabelle, qu'on voit trop peu à l'écran mais qui a dû en marquer plus d'un dans Ginger snaps.
J'avais vraiment envie d'y croire, m'attendant à quelque chose qui sorte de l'ordinaire. Il y est question d’un sujet peu souvent traité au cinéma, alors qu’il est fait pour les films d’horreur : la modification corporelle.

Mary est une étudiante en médecine qui aspire à devenir chirurgienne, mais a du mal à joindre les deux bouts. Son besoin d’argent fait qu’elle se retrouve malgré elle à opérer clandestinement ; d’abord pour une intervention médicale, mais ensuite pour de la chirurgie esthétique.
S’ouvrent alors les portes de tout un univers underground, dont les représentants sont divers freaks qui viennent quémander l’expertise de Mary. Des gens bizarres que la poursuite d’une beauté hors-norme et factice a rendu en fait très perturbants, rien qu’à voir pour certains leur visage, qui ressemble à un masque à la fois tout lisse et où les attributs physiques sont gonflés ou déformés.
Ce genre de "monstres" addicts du scalpel existe vraiment, et rétrospectivement je suis surpris qu’il n’y ait pas eu plus de films d’horreur exploitant ce sujet.
Le fait de n’avoir jamais vu ça à l’écran rend ces personnages captivants, et on partage l’appréhension de l’héroïne, qui doit se demander dans quoi elle s’embarque et jusqu’où elle va plonger, en attendant de savoir ce que vont lui réclamer ses clients.
L’idée de la première demande est géniale, à la fois malade et pas si éloignée de la réalité ; au vu de ce qui se fait aujourd’hui, il est très probable que des gens rêvent de ce qu’on voit dans le film.
Les scènes d’opération sont sobres, mais tout de même immondes rien qu’à cause de l’idée de ce qui se passe sous nos yeux.

J’adorais le film jusque là, qui se montrait vraiment unique comme je l’espérais. J’ai donc été très déçu par la direction prise par la suite, American Mary se rangeant dans un sous-genre du cinéma d’exploitation que je n’aime pas vraiment… Même si la torture qui s’ensuit ici est pas mal.
Malgré cela, Mary continue ses opérations, et transforme ses activités légales en véritable business, une idée plaisante, mais l’intrigue ne sait pas sur quel pied danser.
Dans un même temps, la police enquête sur la chirurgienne, mais les flics ne sont vraiment pas doués. La discrétion n’est pas le fort de Mary (qui veut mettre des photos qui l’inculpent sur internet, en guise de portfolio de son travail), et le type recherche par les policiers a disparu juste après le soir où il a causé du tort à l’héroïne.
Autant dire que cette intrigue policière n’a pas d’intérêt… Et puis ensuite le scénario dérive encore sur d’autres choses.
Des scènes sont plutôt grotesques, car les sœurs Soska en font un peu trop, elles rendent le comportement des personnages poussif juste pour rendre des situations inconfortables (le Dr Black manque nettement de subtilité).
Je me souviens d’avoir lu dans une interview que les Soska s’était mises à la réalisation, car elles n’aimaient pas être toujours castées dans le rôle cliché des jumelles maléfiques… mais quand on voit les personnages caricaturaux qu’elles incarnent dans American Mary, je ne comprends pas bien.

Katharine Isabelle quant à elle était un très bon choix de casting, j’aime beaucoup son jeu, bien que le son personnage devienne caricatural aussi, et plus on avance dans le film, moins j’ai compris Mary, surtout concernant son rapport avec le patron du strip-club. Que lui soit amoureux d’elle, ça se comprend, mais l’inverse… on ne sait d’où ça sort.
L’actrice principale est aussi très sexy, et toutes les tenues choisies le soulignent bien, mais tout en ayant un look naturel qui s’oppose à celui des clientes de Mary. (j’apprécie aussi qu’Isabelle soit attirante sans avoir besoin de se déshabiller complètement ; j’avais lu qu’elle refusait la nudité, et c’est une des raisons pour lesquelles je l’apprécie) Par contre, des scènes la sexualisent de façon vraiment gratuite, surtout lors de cette trop longue séquence de fantasme.

On sent qu’American Mary a été doté d’un petit budget, le jeu et l’écriture ne font pas toujours très naturel, et les décors, la mise en scène ou même la qualité de la prise de son donnent parfois des airs de film étudiant.
Pourtant, à d’autres moments, il y a de très jolis plans, une esthétique très léchée, et une ambiance glauque réussie.
Mais la plus grande faiblesse du film, c’est son rythme vraiment mou, surtout dans sa seconde partie. Le but était sûrement d’étendre la durée des séquences pour leur donner plus de poids, mais ça a plutôt un effet soporifique. Surtout que le rythme ne varie jamais.
C’est vraiment ce qui m’a le plus gêné, car je me suis vraiment ennuyé sur la fin.
Les autres défauts auraient pu être excusés, rien que pour la part d’originalité que comporte ce film… Dommage.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.1fr1.net
 
American Mary
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Mary Elizabeth BRADDON
» Mary Shelley (et Frankenstein)
» The Borrowers (Les Chapardeurs) de Mary Norton
» Piqûre de rappel : l'American 1921

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films d'horreur divers-
Sauter vers: